pour garder cette très grande infrastructure de recherche

To the attention of GANIL’s scientific and administrative supervisors…

A l’attention du CEA du CNRS et des Ministères de tutelles

GANIL, Très grande infrastructure de recherche

Pour combien de temps encore?

Le personnel du GANIL constate l’écart grandissant entre les objectifs fixés par les tutelles, CEA et CNRS, au GANIL, les moyens humains qui lui sont accordés et les moyens techniques dont il dispose :

–  L’accroissement de l’intensité́ du travail du fait du manque de personnel dans toutes les activités du GANIL,

–  La complexité́ grandissante des dossiers de sûreté́ & de demandes de financement qui exige davantage d’heures passées dans ces tâches au détriment du travail technique sur les accélérateurs et les expériences,

–  L’augmentation des incidents sur le GANIL historique, augmentation engendrée par des années de non investissement pour cet accélérateur, où s’accumulent des générations disparates d’équipements dont la gestion et la maintenance sursollicitent les personnels d’intervention, alors que le plan stratégique du GANIL prévoit un fonctionnement pérenne de cette installation.

Les salariés et agents du GANIL dénoncent le choix d’un fonctionnement en mode dégradé́ de plus en plus fréquent des cyclotrons pour pallier au manque de personnel et aux problèmes techniques liés à un vieillissement de l’installation prévisible mais qui n’a pas été anticipé. Un tel fonctionnement ne peut pas devenir la norme. Le risque identifié d’erreur humaine entraîne un risque fort pour la sûreté́ et la sécurité́ de l’installation. Il a aussi un impact sur la qualité́ de vie au travail de l’ensemble de l’opération, de l’exploitation et du développement des accélérateurs, des équipes travaillant pour la conception, le montage et la réalisation des expériences, en fait, pour tout le GANIL. Et il a finalement un impact scientifique majeur sur le service rendu par le GANIL à ses utilisateurs puisqu’il engendre un fonctionnement non optimal des installations et des performances des faisceaux en dessous des besoins scientifiques.

Je soutiens les objectifs et les demandes formulés par le personnel du GANIL et ses représentants élus et syndicaux:

1/ Un maintien du GANIL en tant que très grande infrastructure de recherche en France, avec des objectifs scientifiques qui lui permettent de maintenir sa place dans la compétition internationale et d’offrir aux utilisateurs des conditions optimales pour la réalisation de leurs projets scientifiques ;

2/ Un engagement ferme des tutelles, CEA et CNRS, sur un plan pluriannuel de recrutement ambitieux, essentiellement de personnel technique pour renforcer aussi bien le fonctionnement des installations que la réalisation des expériences ;

3/ Un plan d’investissement sur l’installation historique à la hauteur des enjeux et des objectifs que les tutelles, CEA et CNRS, ont donnés au GANIL en se basant sur l’hypothèse d’un fonctionnement pérenne de l’installation et d’un accroissement du temps de faisceau disponible pour les utilisateurs.

GANIL, a very large research infrastructure:
for how much longer?

GANIL is facing an ever-increasing differential between the goals set by its administrative and scientific supervisors, CEA and CNRS, and the staffing levels and technical means they provide:

  • growing intensity of work, due to a lack of manpower in all sectors of the laboratory;
  • growing complexity of the dossiers related to safety issues as well as for funding requests, increasing the time spent on these tasks at the expense of technical work on the accelerators or on experiments;
  • an increasing number of incidents with the “historic” cyclotrons of GANIL, due to years of lack of investment in this part of the accelerator complex, an accumulation of disparate generations of equipment whose maintenance and management overburden the personnel involved, whereas GANIL’s future strategy is based on continued long-term operation of this facility.

The personnel of GANIL condemn the increasingly frequent choice of a degraded mode of operation of the cyclotrons in order to mitigate staff shortages and technical problems related to the ageing of the facility, which was foreseen but not anticipated. Such degraded operation cannot become the norm for GANIL. The increased likelihood of human error entails a serious risk for the safety and security of the facility. It also impacts the quality of life at work for the whole range of activity, from accelerator operation and development to the design, mounting and running of experiments: in short, the whole of GANIL. This state of affairs has a major scientific impact on the service provided by GANIL to its users, since it results in below par operation of the installation and beam performances which do not meet scientific requirements.

I support the goals and demands expressed by the personnel of GANIL and their elected and trade-union representatives:

1/ Maintain the status of GANIL as a very large research infrastructure in France, with scientific goals that permit it to keep its rank in the international competition and provide its users with optimal conditions for the success of their scientific projects;

2/ A strong commitment by the scientific and administrative supervisors of GANIL, CEA and CNRS, to an ambitious multi-year recruitment plan, essentially concerning technical staff, in order to reinforce not only the running of the facility but also the carrying out of experiments; 3/ An investment plan for the “historic” GANIL accelerators to match the challenges and goals set by CEA and CNRS based on continued long-term operation of the facility and increased available beam time for users.

Pétition pour le GANIL

%votre signature%

You can add formatting using markdown syntax - read more
650 signatures

Partager avec vos amis:

   

Déjà 650 signatures !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *